Consentement, violences… le vivre-ensemble au cœur des débats

Du 15 au 26 janvier 2024, le collège Les Salières accueillait l’exposition « 13-18 : questions de justice ». En marge de celle-ci, les animateurs de « Ré Jeunesse » sont intervenus, chaque jeudi, pour animer des débats autour du vivre-ensemble.

En ce jeudi de janvier, les élèves de la classe de 3e 3 du collège Les Salières ont rendez-vous avec Yohann Bonnet et Anthony Guérin, animateurs de « Ré Jeunesse », le service « ados » de la Communauté de communes.

Au programme : 2h d’échanges sur le consentement, la consommation d’alcool, les faits de violences, etc. Tous les sujets susceptibles de préoccuper les jeunes sont abordés, sans tabou ni jugement. Et ce, en marge de l’exposition « 13-18 : questions de justice », accueillie par le collège depuis la mi-janvier.

Élaborée par la Protection judiciaire de la jeunesse, cette exposition s’inscrit dans le cadre « du parcours citoyen des élèves et porte sur leur rapport à la loi », explique Karina Corbet, conseillère principale d’éducation (CPE) de l’établissement. « Pour l’accueillir, des animateurs doivent être formés afin d’en débattre avec les jeunes ».

Un objectif : améliorer le vivre-ensemble

C’est le cas de Yohann et Anthony. Pendant toute la durée de leur intervention, les animateurs de « Ré Jeunesse » décortiquent le système judiciaire français.

À partir d’exemples concrets – comme sur le fait de se rendre dans un bar lorsqu’on est mineur ou de filmer une scène de bagarre pour la diffuser sur les réseaux sociaux – ils aident les jeunes à prendre conscience de leurs droits et de leurs devoirs. Tous ces cas pratiques convergent vers un objectif : « améliorer le vivre-ensemble », résume Anthony Guérin au moment d’introduire la discussion.

300 élèves sensibilisés

Placée en retrait, Carla Laborde, professeure principale de la classe de 3e 3, écoute attentivement les débats et observe le comportement de ses élèves. « Cela me permet de les voir dans un autre contexte, glisse-t-elle. Certains élèves d’habitude timides osent poser des questions. Ça les intéresse beaucoup. »

Au total, depuis la mi-janvier, toutes les classes de 3e et 4e ont profité de cette action de prévention. Cela représente un total de 300 jeunes, environ.  

Et en dehors de l’exposition, les animateurs de « Ré Jeunesse » sont aussi présents tous les jeudis au collège, durant la pause méridienne, pour prolonger les débats et être à l’écoute des situations individuelles.