Créés en 2002, les Programmes d'actions de prévention des inondations (PAPI) visent à promouvoir une gestion intégrée des risques d'inondations afin de réduire leurs conséquences dommageables éventuelles sur la santé publique, les biens, les activités économiques et l'environnement.

La labellisation des PAPI de l’île de Ré

PAPI 1

Suite à la tempête Xynthia de février 2010 qui a occasionné de nombreux dégâts matériels, la Communauté de communes de l’île de Ré a décidé, dès mai 2011, de lancer l’élaboration d’un Programmes d’actions de prévention des inondations (PAPI).

Ce projet, d’un montant de 45 millions d’euros pour un volet travaux comportant 11 projets, a été labellisé le 12 juillet 2012 à Paris par la Commission nationale mixte inondations (CMI), mise en place par le ministère de l’Environnement, émanant des deux instances nationales les plus concernées, le Conseil d’orientation pour la prévention des risques naturels majeurs (COPRNM) et le Comité national de l’eau (CNE).

Suite à cette labellisation, les modalités de financement et de mise en œuvre du PAPI ont été arrêtées dans une convention-cadre qui a été signée le 27 novembre 2012 à Saint-Martin-de-Ré par Madame la préfète de la Charente-Maritime, les représentants du Conseil Régional de Poitou-Charentes, Monsieur le premier vice-président du Conseil Général de la Charente-Maritime ainsi que Monsieur le président de la Communauté de communes de l’île de Ré.

Signature de la convention cadre du PAPI de l'Ile de Ré le 27 novembre 2012

PAPI 2

Les évolutions réglementaires apparues dès 2015 ont imposé à la Communauté de communes de modifier sa stratégie initiée en 2012. Les deux projets de travaux prévus sur les communes d’Ars-en-Ré et des Portes-en-Ré ne respectaient pas les nouvelles obligations réglementaires liées à la définition de systèmes d’endiguement fermés (ne pouvant pas être contournés par l’eau en cas de submersion).

La Communauté de communes a donc été dans l’obligation d’élaborer un nouveau dossier de candidature PAPI conforme à la nouvelle réglementation pour définir la protection des communes du nord de l’île à savoir Les Portes-en-Ré, Saint-Clément-des-Baleines et Ars-en-Ré pour un niveau Xynthia + 20 cm.

Le dépôt du dossier en préfecture a été effectué en décembre 2019 et a reçu l’aval de la Commission mixte inondations le 2 juillet 2020.

La PRÉVENTION et la PROTECTION du PAPI

Le volet PREVENTION

Le volet prévention consiste à améliorer la connaissance et la gestion du risque de submersion à travers 6 axes :

  • axe 1 : amélioration de la connaissance et de la conscience du risque,
  • axe 2 : surveillance, prévisions des crues et des inondations,
  • axe 3 : alerte et gestion de crise,
  • axe 4 : prise en compte du risque d’inondation dans l’urbanisme,
  • axe 5 : réduction de la vulnérabilité des personnes et des biens,
  • axe 6 : ralentissement des écoulements.

Le volet PROTECTION

Le volet protection du PAPI 1 est composé de 8 projets de travaux, définis et hiérarchisés en fonction de leur caractère prioritaire auxquels s’ajoute le projet de reconstruction de la digue du Boutillon visant à maintenir la continuité territoriale et garantir l’acheminement des secours lors d’épisodes de tempêtes extrêmes.

Les travaux réalisés et à venir consistent à renforcer les ouvrages dégradés afin de protéger au mieux la population et les biens pour un événement Xynthia + 20 cm (marge supplémentaire afin de tenir compte de l’impact potentiel du réchauffement climatique à moyen terme).

Le volet protection du PAPI 2 est composé de 6 projets de travaux dont 5 concernent les digues des trois communes les plus au Nord de l’île. Les ouvrages confortés aussi bien sur le pourtour du Fier d’Ars que sur les façades maritimes des Portes-en-Ré et de Saint-Clément-des-Baleines seront dimensionnés, comme pour le PAPI 1, pour un niveau de protection Xynthia + 20cm.

Sur ces 6 projets, deux projets consistent en des mesures douces de protection du cordon dunaire et des plages à Zanuck (Saint-Clément-des-Baleines) et Montamer (Sainte-Marie-de-Ré).

Il était une fois la submersion marine Publié le 16/05/2022