Depuis la mi-octobre, la CdC a assuré l’achat de masques transparents pour les professionnelles des crèches communautaires. Un outil qui favorise l’échange avec l’enfant.

 

Obligatoire pour les professionnels de la petite enfance à partir du 18 septembre, le port du masque a suscité certaines craintes du côté des professionnels des crèches, relais d'assistantes maternelles et garderies. En cause : une communication rendue difficile entre adultes et enfants.

Aujourd’hui, cette difficulté est en passe d’être surmontée. Depuis la mi-octobre, la CdC a fourni à chaque professionnelle des crèches communautaires un masque transparent, devançant ainsi la distribution annoncée par le Gouvernement le 17 novembre de 500 000 masques inclusifs. “Nous avions pris les devants, et la réception d’autres masques transparents fournis par la CNAF (Caisse Nationale des Allocations Famillliales) est une bonne nouvelle”, salue Adeline Bernard, du service petite-enfance de la CdC.

 

Améliorer l’échange avec l’enfant

Avec les masques en tissu, “la communication était difficile”, poursuit Adeline Bernard. Chez le jeune enfant, son utilisation pouvait même générer “un sentiment d’insécurité”, poursuit Stéphanie Longué, directrice du multiaccueil de La Couarde-sur-Mer. “C’est plus rassurant pour l’enfant de voir notre visage. On communique plus facilement nos émotions, on perçoit des réponses aux sourires.”

Voilà qui facilitera l’apprentissage du langage par les enfants, celui-ci s’effectuant en partie par mimétisme.