Les cartes postales de l'Ile de Ré renferment de nombreux récits, scènes de vie et paysages. Nous choisissons l'une d'entre elle pour vous conter son histoire...

 

 

Le charroi de sel

 

À l’origine, le charroi désigne l’action de transporter le sel, entreposé en bordure de marais pour charger les bateaux.



Depuis le marais, le sel, stocké sur les bosses, est transporté à dos d’âne ou de petits chevaux, appelés « criquets » jusqu’aux charges, quais permettant aux bateaux de s’amarrer. A partir de là, le transport se fait essentiellement par voie maritime.

 
Un sel exporté au nord de l’Europe et jusqu’é Terre-Neuve !

Le sel est chargé sur des navires d’assez faible tonnage, dits allèges, seuls capables de remonter les chenaux des marais jusqu’au Fier d’Ars ou Fosse de Loix ou bien jusqu’aux ports de commerce où attendent des bateaux de plus fort tonnage. Ces bateaux partent pour les pays du nord de l’Europe et Terre-Neuve pour la pêche à la morue.

 
La construction des salorges

Au cours des premières décennies du XXe siècle, les magasins de stockage du sel se développent à proximité des ports et permettent de regrouper les récoltes. Autour du havre d’Ars, cinq salorges sont ainsi établies par le Syndicat des salines de l’Ouest. Les sauniers peuvent ainsi regrouper leur récolte et les mettre à l’abri des intempéries.

 

 

La fête du sel

Le Grand charroi du sel donne lieu à une fête organisée tous les deux ans à Ars-en-Ré.

En 2020, le Service Patrimoine e la Communauté de communes de l’île de Ré a participé aux côtés des historiens Jacques Boucard et Mickaël Augeron et du Président de la Coopérative Loïc Abisset au tournage d’un documentaire sur l’histoire du sel.



À retrouver en janvier en diffusion sur Arte dans l’émission : Invitation au voyage.