Une étude scientifique sur le suivi des macro déchets et microparticules vient de débuter sur les plages de Sainte-Marie-de-Ré et Saint-Clément-des-Baleines. D’envergure européenne, l’opération, réalisée par l’équipe d’écogardes de la Communauté de Communes, va s’étaler sur cinq ans.



Ce mercredi 15 janvier, à Sainte-Marie-de-Ré, une partie des écogardes de la Communauté de Communes de l’Ile de Ré traque les déchets qui jonchent la plage de Port Notre Dame. Plus au nord, sur la plage de Bas-Rhin, à Saint-Clément-des-Baleines, une autre équipe se livre au même exercice, tout aussi méticuleux.

 

C’est la toute première étape d’une étude longue de cinq ans consacrée au suivi des macro déchets et microparticules. Quatre interventions auront lieu tous les ans dans le cadre de cette enquête. Menée à l’échelle européenne, elle est pilotée en France par le Ministère de la Transition écologique et Solidaire. L’Ile de Ré compte parmi les sites retenus, dont une dizaine se situent dans le Parc naturel marin de l'estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis, porteur du projet localement. « A terme, ce travail permettra de faire évoluer la réglementation », informe Fabienne Le Gall, écogarde de la Communauté de Communes.

 

 

Filets de pêche, emballages et collecteurs ostréicoles

Pour l’heure, le service environnement de la CDC est à pied d’œuvre pour mener les opérations de prélèvement, déterminées par un protocole bien précis. D’une part, les écogardes font la chasse aux macro déchets. « Supérieurs à 5 millimètres, ils proviennent de toute activité humaine », précise Fabienne Le Gall, extirpant de sa musette filets de pêche, collecteurs ostréicoles, sacs et emballages plastiques. Ces déchets seront ensuite triés puis catégorisés. D’autre part, les écogardes prélèvent des échantillons de sable dont l’analyse permettra de quantifier la présence de microparticules issues de la dégradation des plastiques. Près d’1,2 L de sable sont extraits, « un travail extrêmement méticuleux », complète Fabienne Le Gall.

 

La rigueur et la précision sont de mise. Les plages inspectées ont été choisies au regard de leur situation géographique et de leurs caractéristiques. Surtout, elles ne devaient pas faire l’objet d’une campagne de nettoyage par leurs communes. A ce titre, des panonceaux informatifs rappellent que, même si l’intention est louable, les promeneurs sont invités à ne pas ramasser les déchets qui se trouvent sur les zones étudiées. Leur intervention risquerait de biaiser les résultats obtenus.

 

 

 

 

 

Déchets sur les plages : les écogardes veillent au grain

© CdC Ile de Ré© CdC Ile de Ré© CdC Ile de Ré© CdC Ile de Ré© CdC Ile de Ré© CdC Ile de Ré© CdC Ile de Ré© CdC Ile de Ré© CdC Ile de Ré