Accueil > Environnement > Boite à idées anti-morosité

Pendant le confinement, les écogardes de la CDC vous ont préparé plusieurs activités pour garder un lien avec la nature.

 

À l’heure du confinement, les services de la Communauté de Communes se mobilisent pour vous proposer des activités ludiques à faire à la maison. Les écogardes n’échappent pas à la règle et vous proposent de partir à la découverte du monde des insectes avec la série Minuscule, vidéos ludiques et tutoriels pour fabriquer de quoi vous occuper des petites bêtes qui peuplent votre jardin mais aussi découvrir ou redécouvrir les espèces de l’Ile de Ré.

 

 

DÉCOUVRIR LES ESPÈCES DE L'ILE DE RÉ DEPUIS CHEZ VOUS

 
Les hermelles ou Sabellaria alveolata





Présents sur les estrans rétais, les hermelles, vers marins d’environ 3 centimètres de long, sont de véritables constructeurs de « récifs » pouvant atteindre jusqu’à 2 mètres de hauteur. Représentant un très précieux habitat pour de nombreuses espèces marines, ces constructions tubulaires sont réalisées uniquement avec du sable sélectionné (taille, forme) par les vers et collés entre-eux à l’aide d’une colle produite par ces mêmes vers. Dans chaque tube loge un vers ! Les avez-vous déjà vu ?

Sur l’Ile de Ré, en lien avec les écogardes de la Communauté de Communes, les élèves de l’option sport nautique du collège des Salières mènent un suivi de la population de certains massifs d’hermelles.

 

Et depuis cette année, les massifs d’hermelles de l’Ile de Ré font l’objet d’une étude européenne menée par le Parc Naturel Marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis avec Stanislas Dubois, chercheur à Ifremer Brest. Un des objectifs majeurs de cette étude est de voir l’impact des variations de températures de l’eau de mer dues aux changements climatiques sur la répartition géographique de ces animaux.

Vous voulez en savoir plus ?



 

L’azuré du serpolet ou Phengaris arion



Mis en évidence en 2014 sur l’Ile de Ré lors des inventaires menés par la Communauté de Communes, l’Azuré du serpolet est un petit papillon bleu, rare et menacé. Il est possible de l'observer de fin juin à mi août sur la partie sud de la commune de Rivedoux-Plage. Le connaissez-vous ?



Protégé en France, ce papillon affectionne tout particulièrement les pelouses sèches où il butine le serpolet ou l’origan, plantes-hôtes de sa chenille. Après s’être nourrie de boutons floraux pendant 3 semaines, la chenille se laisse tomber au sol.  Pour continuer son développement, il est indispensable qu’une fourmi du genre Myrmica,  l’emporte dans la fourmilière où elle sera nourrie pendant tout l’hiver. Au printemps, le papillon sortira de sa chrysalide.



Depuis 2016, les écogardes de la Communauté de Communes assurent le suivi de la population d’azuré du serpolet : Chaque semaine en milieu de matinée, le long de 20 parcours identifiés (transects), les écogardes identifient à vue les azurés du serpolet pour les comptabiliser et les géolocaliser. Grâce à cet inventaire, nous suivons les effectifs et la répartition de cette population de papillons.



Cette année, afin de mieux connaître sa dispersion, une opération de capture-marquage et recapture est programmée.



Pour en savoir plus sur l'Azuré du Serpolet

 

 

La pipistrelle commune ou Pipistrellus pipistrellus

Sur l'Île de Ré, 8 espèces de chauves-souris ont été recensées dont la pipistrelle commune que l’on peut trouver fréquemment dans les zones urbanisées : la taille de son corps est de 5 centimètres au maximum et son pelage est de couleur brun-sombre à brun-roux avec la face et les membres noirs.



À la tombée de la nuit, elle peut être vue autour des éclairages où elle chasse ses proies favorites les insectes volants ! Capable d’ingurgiter 3 000 moustiques en une nuit, c’est une alliée importante dans la lutte anti-moustique ! À l’aide de sa bouche, la pipistrelle émet des ultra-sons qui se réfléchissent sur la proie avant d’être reçue en écho par la pipistrelle, ce qui lui permet de localiser très précisément sa proie : c’est l’écholocation.

Depuis 2016, les écogardes de la Communauté de Communes enregistrent ces ultra-sons sur plusieurs sites de l'Île dont les Evières et Trousse-chemise : des points d’écoute ont été identifiés en fonction des milieux, de couloirs de vols possibles, de la présence de points d’eau,… À chaque point d’écoute, les écholocations sont enregistrées pendant 10 minutes. Au bureau, un écogarde écoute et analyse les  enregistrements obtenu. Cela permet de déterminer les espèces présentes et leurs activités.

Vous aussi, vous avez la possibilité de participer au recueil de connaissances sur les chauve-souris en devenant chiro-observateur !



Toutes les informations sur ce programme de sciences participatives en cliquant ici.



Réalisez votre propre nichoirs à  chauves-souris.

 

 

 

 LES TUTOS ENVIRO

 
Offrez-lui le gîte ! Les chauve-souris n’attendent que ça !

La Communauté de Communes de l’Ile de Ré vous proposait en fin d’année de participer à l’amélioration des connaissances sur les chauves-souris et de vous fournir un gîte à chauve-souris dans votre jardin. Ce petit mammifère volant en nette régression est un auxiliaire précieux pour le jardin, il consomme près de 3000 insectes par nuit !

Pourquoi attendre et ne pas réaliser vous-même un nichoir à chauves-souris ?

 

 

Des bombes de graines

Fabriquer des « bombes de graines » constitue une activité amusante à faire avec les enfants.

Les bombes de graines s’inspirent d’une technique inventée au Japon pour végétaliser des espaces arides et pour la reforestation.

Le principe, réaliser des boules de terreau et d’argile contenant des graines qui pourront être lancées dans des endroits plus ou moins accessibles : son jardin, les rues, des zones non entretenues (friches urbaines, terrains vagues...). Avec un peu de chances, les graines germeront après quelques semaines ou au printemps prochain ! Pour en savoir plus 

 

 

Bestiaire en ombre chinoises

Pour vous amuser en famille, vous pouvez aussi créer votre propre bestiaire en ombre chinoises, voici quelques liens utiles :

https://www.youtube.com/watch?v=2Sf2qJ18awA

https://www.youtube.com/watch?v=c49gXtc6WLU

 

 

Favoriser la biodiversité dans votre jardin ou sur votre balcon

Voici quelques conseils pour favoriser la biodiversité dans votre jardin ou sur votre balcon.Créer une « capsule de biodiversité » chez vous en suivant les conseils de Marie Wild.

 

 

Un hôtel pas comme les autres …

Le Printemps est là et vous observez sûrement les premiers insectes pollinisateurs sur les fleurs de votre jardin ou de votre balcon.

Si la disparition des abeilles domestiques est aujourd’hui connue de tous, la disparition des abeilles et autres pollinisateurs sauvages l’est beaucoup moins. Saviez-vous qu’il existe près de 1000 espèces d’abeilles sauvages en France et que, bien sûr, ces abeilles participent à la pollinisation de plus de la moitié des cultures et des plantes sauvages ?

Pourquoi ne pas mettre à profit ce temps de confinement pour fabriquer un gîte à insectes ?

 

 

PARTICIPER À LA CONNAISSANCE DE LA BIODIVERSITÉ : VIGIE NATURE

Impossible de sortir ? Vous cherchez une activité à faire avec les enfants ? Vous avez un jardin ? Vous pensez en avoir déjà fait le tour ? Alors c’est que vous ne connaissez pas Vigie-Nature ! Vigie-Nature est un programme de sciences participatives ouvert à tous les curieux de nature, du débutant au plus expérimenté et fondé par le Muséum d’Histoire Naturelle.  En s’appuyant sur des protocoles simples et rigoureux, il propose à chacun de contribuer à la recherche en découvrant la biodiversité qui nous entoure.

Alors lancez-vous ! http://www.vigienature.fr

 

 

CONFINÉS MAIS AUX AGUETS

Chaque jour (durant la période de confinement) consacrez 10 minutes à l’observation et au comptage des oiseaux de votre jardin. https://www.oiseauxdesjardins.fr/index.php?m_id=1127&item=18

 

 

PHOTOGRAPHIEZ LES INSECTES POLLINISATEUR

Positionnez-vous devant une espèce de fleurs. Pendant 20 minutes photographiez tous les visiteurs : insectes pollinisateurs, mais aussi araignées, punaises etc. https://www.spipoll.org/spipoll/edito/le-spipoll

 

 

COMPTEZ LES PAPILLONS ET LES BOURDONS

Dès que vous croisez un papillon ou un bourdon dans votre jardin, sur votre balcon, tentez de l'identifier avec les fiches d'identification. Toute les semaines, indiquez sur le site le nombre d'individus aperçus pour chaque espèce.

https://www.sciences-participatives-au-jardin.org/

 



À VOIR EN FAMILLE

Pour continuer à découvrir la biodiversité de manière ludique, voici quelques activités pour les grands et les petits :

 

Minuscule : la Vie privée des insectes

Ces minis séries produites par Futurikon mettent en scène des petits insectes, bien malicieux, dans leur vie quotidienne en mêlant images en 3D et décors naturels. Vous ne verrez plus jamais les insectes du même œil !

Voici quelques liens pour découvrir ce petit monde à portée de main : 

https://www.youtube.com/watch?v=_WJlo33fRUg

https://www.youtube.com/watch?v=uTH0GnUTrOI