Cette carte postale montre une famille de vacanciers en train de poser sur la plage de La Couarde au début du XXe siècle. Elle symbolise l'émergence du tourisme sur l’Ile de Ré.

 

 

Les premiers touristes

Au 19e siècle, l’Ile de Ré reste en marge du développement touristique et de la mode des bains de mer que connaît alors le continent, notamment à La Rochelle, Fouras, Royan ou Châtelaillon. Toutefois, dès 1850, l’offre hôtelière se développe même si les touristes sont le plus souvent là pour une seule journée.

 

Avec l’amélioration des transports maritimes et la création du chemin de fer, l’activité touristique prend de l’importance. L’embarcadère de Sablanceaux devient le point de départ d’une petite ligne de chemin de fer qui dessert tous les bourgs de l’île. Destinée initialement au transport des marchandises, elle est très vite empruntée par des excursionnistes venus de La Rochelle. En bout de ligne, le phare des Baleines devient le principal site touristique rétais.

 

Dès la fin du 19e siècle, la plage de La Couarde fait l’objet de projets d’aménagements. En 1899, le conseil municipal demande au préfet de faire renommer la commune La Couarde-les Bains qui devient finalement La Couarde-sur-Mer en 1905.

 

 

 

L'essort du tourisme rétais

Jusque dans l’Entre-deux-guerres, La Couarde demeure la localité balnéaire la mieux organisée de Ré (cabines de bains, café-restaurant, kiosque à musique, bois aménagé). La pratique d’hébergements touristiques la plus prisée reste la location de chambres chez l’habitant ce qui a contribué à la quasi-absence de villas à l’architecture balnéaire. Seuls quelques chalets voient le jour de façon éparse.

 

Les estivants sont souvent d’anciens rétais installés à Paris, qui font connaître l’île aux élites de la capitale. Ainsi, les premières stars du music-hall séjournent sur Ré, comme Mistinguett au chalet Macabiou à La Couarde ou encore Suzy Solidor au moulin du Roc aux Portes.

 

Dans les années 1930, l’implantation de colonies de vacances et la pratique du camping sauvage, ouvrent l’île à de nouvelles populations touristiques.

 

 


 

A noter : l’Ile de Ré des années 30 sera à l’honneur du prochain Cluédo des Journées du Patrimoine 2019. Alors, tenez-vous prêts….