LETTRE OUVERTE AUX RETAIS

FEVRIER 2017

 

Voilà près de 7 ans que la tempête Xynthia a rappelé, à chacune et chacun d’entre nous, la vulnérabilité de notre littoral face à la puissance des évènements naturels et a suscité, plus que jamais, une prise de conscience du risque de submersion marine, notamment.

 

Elle a, de surcroît, démontré l’absolue nécessité de renforcer la défense de nos côtes à travers l’édification, l’entretien et le rehaussement des digues, pour une meilleure protection de la population rétaise et de leurs biens.

 

L’Ile de Ré est en effet protégeable même si, et nul ne le conteste, le risque zéro n’existe pas.

 

C’est la raison pour laquelle, au regard de cet impératif de sécurité, les élus rétais se sont immédiatement mobilisés afin de réduire au maximum cette vulnérabilité et ainsi permettre, à toutes celles et ceux qui vivent sur l’Ile de Ré, de pouvoir continuer à le faire.

 

C’est dans ce contexte que :

  • d’importants programmes d’investissements ont été entrepris afin de renforcer de toute urgence les ouvrages détruits par la tempête [travaux de niveau 1 et 2] et des financements conséquents ont été, pour ce faire, mobilisés [20 millions d’euros] ;

  • d’importants travaux de confortement et de rehaussement des digues ont été lancés - tenant compte du réchauffement climatique (Xynthia + 20cm) - inscrits dans le cadre du Programme d’Actions et de Prévention des Inondations [PAPI] de l’Ile de Ré, validé le 12 juillet 2012, pour un montant de 45 millions d’euros.

 

RÉALISÉS ET EN COURS DE RÉALISATION 

► Ars/La Couarde, Le Boutillon ;

► La Flotte, Le Port ;

► Saint Clément des Baleines, Les Doreaux ;

► Loix, Secteur Est ;

 

À VENIR

► Rivedoux, Le Bourg/La Corniche ;

► Sainte Marie, Montamer ;

► La Couarde, Le Goisil ;

► Ars, Le Fier ;

► Les Portes en Ré, Le Fier ;

► Saint Martin de Ré, Le Port.

 

Aujourd’hui, 7 ans après la tempête Xynthia, ce sont donc près de 65 millions d’euros de travaux de défense des côtes qui ont été réalisés ou initiés.

 

Toutefois, à la suite des réunions bilatérales organisées par les services de l’Etat dans le cadre de la révision du Plan de Prévention des Risques Naturels [PPRN] de l’Ile de Ré, qui se sont tenues en janvier et février 2017 dans chaque commune, il ressort des cartes de zonage du risque lié à la submersion marine, présentées à cette occasion aux élus municipaux, que :

  • d’une part, les travaux réalisés sur les digues depuis la tempête Xynthia [qui étaient en 2006, pour plus de 85% d’entre elles « en très mauvais état » selon un cabinet d’études spécialisé] sont sans réelle incidence sur ladite carte pour la plupart des communes ;

  • d’autre part, la prise en compte du réchauffement climatique dans le cadre de prescriptions Xynthia + 60cm rend quasiment impossible en pratique (notamment au regard des contraintes architecturales et techniques), l’évolution du bâti existant dans de nombreux secteurs.

 

En outre, si les élus rétais ne contestent pas le fait que les travaux réalisés sur les digues ne soient pris en compte dans le PPRN révisé qu’après réception définitive des ouvrages, il n’en demeure pas moins qu’ils regrettent : 

  • que les cartes du risque intégrant l’ensemble des travaux du PAPI n’aient, à ce jour, pas été, pour la plupart des communes, présentées lors des réunions bilatérales ; de sorte qu’il est impossible pour eux de projeter l’incidence des travaux - après leur réception - sur les cartes du risque de submersion marine ;

  • la stricte application de la circulaire de 2011, laquelle impose des brèches de 100 mètres tous les 300 mètres simultanément et instantanément dans les ouvrages, mêmes neufs, (à l’exclusion des portes anti-submersions considérées comme infaillibles) de sorte qu’il peut être envisagé l’absence d’incidence sur les futures cartes de risque de submersion marine dans le PPRL révisé à venir ; et alors même qu’il résulte des études et documents réalisés, à la demande des collectivités locales, par le groupement d’experts CASAGEC Ingénierie – VAN DER MEER Consulting [s’appuyant sur des données chiffrées et des connaissances historiquement et scientifiquement justifiées] que de nombreuses erreurs d’appréciation du risque et incohérences liées à la mise en oeuvre mécanique de la méthode issue de ladite circulaire peuvent être observées.

 

Ce projet de révision du PPRN, en l’état, conduirait ainsi, à plus ou moins court terme, à une remise en cause de la pérennité de notre vie à l’année, d’autant que celui-ci intègre également le risque feu de forêt qui apparaît sans commune mesure avec celui du PPRN approuvé en 2002.

 

Au regard des propos extrêmement positifs et porteurs d’espoir qui ont été exprimés par Monsieur le Préfet, à l’occasion de la cérémonie des voeux communautaires, le 13 janvier dernier, les élus rétais font part de :

  • leur incompréhension, compte tenu des travaux, qui sont le résultat conjugué d’un long travail mené depuis février 2010 entre l’Etat et les Collectivités Territoriales [Département, Communauté de Communes, Communes] et d’un effort financier partagé important,

  • leur inquiétude, légitime, quant à l’élaboration du projet de territoire en cours [PLUi].

 

Pour toutes ces raisons, vous êtes invités, en vue des réunions publiques organisées par Monsieur le Préfet les 6 mars au Bois Plage et 8 mars à Ars en Ré à 18h30 ayant pour objet de vous présenter le projet de révision du PPRN de l’Ile de Ré porté par l’Etat :

  • d’une part, à prendre connaissance des cartes qui seront, à compter de ce jour, disponibles dans chaque mairie,

  • d’autre part, à remplir, le cas échéant les registres de consultation prévus à cet effet,

  • enfin, à participer, en toute connaissance de cause, aux réunions publiques et vous exprimer les 6 et 8 mars prochains.

 

 

 

Jean-Louis OLIVIER, Maire d'Ars-en-Ré, Jean-Pierre GAILLARD, Maire du Bois-Plage-en-Ré, Patrick RAYTON, Maire de La Couarde-sur-Mer, Léon GENDRE, Maire de La Flotte, Lionel QUILLET, Maire de Loix, Michel AUCLAIR, Maire des Portes-en-Ré, Patrice RAFFARIN, Maire de Rivedoux-Plage, Gilles DUVAL, Maire de Saint-Clément-des-Baleines, Gisèle VERGNON, Maire de Sainte-Marie-de-Ré, Patrice DÉCHELETTE, Maire de Saint-Martin-de-Ré.